Hygiene alimentaire, Naturopathie

La cuisson santé

On utilise différents mode de cuisson au quotidien. Dans nos cuisines on trouve le four, les plaques de cuisson (gaz, à induction, vitrocéramique, électriques), différentes casseroles, des poêles, des faits tout, des casseroles, woks, parfois d’autres ustensiles comme la cocotte minute, le cuit-vapeur, la friteuse et pleins d’autres inventés pour faciliter le quotidien. (Le micro quoi? Le micro-onde? connais pas)

Quels sont les avantages et inconvénients de ces différents types de cuisson et laquelle préserve le mieux la qualité de nos aliments?

La cuisson transforme l’aliment, parfois elle abîme le potentiel nutritionnel, parfois elle le potentialise. Il suffit d’adapter ses habitudes et connaître leurs avantages et inconvénients. Et garder en tête que « les dangers de la cuisson augmentent en fonction de la durée et de la température » (L’alimentation ou la troisième médecine – Jean Seignalet).

1/ Cuire à la poêle

Pour potentialiser la cuisson à la poêle choisir un gras adapté à la température de cuisson et qui ne devient pas toxique à haute température. Privilégier huile d’olive et huile de coco. Eviter de faire « griller » les aliments, la réaction en jeu rend nocif les aliments brunis consommés en excès.

Pour une action santé de cette cuisson privilégier le cuit/cru pour les légumes, les faire revenir légèrement, assez pour qu’ils soient cuits à l’extérieur et croquant à l’intérieur. Exemple : le wok.

2/ Cuire à l’eau

Si l’eau de cuisson est jetée, les vitamines sont perdues, notamment les vitamines B et C qui sont solubles dans l’eau et qui prennent alors la fuite. Eviter les cuissons trop longues excepté pour les légumineuses qui deviennent plus digeste.

Action santé : à l’étouffée ou à l’étuvée pour que les aliments cuisent lentement et dans leur jus à feu moyen ou encore en tajine mais sur une durée plus longue.

3/ Cuire au four

Favoriser l’utilisation d’un four chaud, pour une cuisson rapide et une perte minime en nutriments. Eviter (comme au barbecue, grill), le noir-grillé qui devient cancérigène.

L’avantage c’est qu’il peut permettre une cuisson sans l’ajout de matières grasses. Il permet également la cuisson en papillote (dans du papier cuisson et non de l’aluminium) qui préserve bien les vitamines.

4/ La friture

C’est tellement bon mais tellement mauvais malheureusement, les huiles se transforment et deviennent des gras dit « trans » sous l’effet de la haute température. Ces gras sont incriminés car ils favorisent l’obésité, le diabète, les problèmes cardio-vasculaires, les inflammations chroniques,… Alors exceptionnellement, rarement, de temps en temps des frites maison ou des fallafels.

5/ La cuisson à la vapeur

C’est la cuisson la plus recommandée, celle qui préserve le mieux les aliments et surtout leurs nutriments. Je découvre en écrivant cet article qu’elle est utilisée depuis 7000 ans par les chinois.

Les aliments sont placés dans un récipient hermétiquement clos et c’est la vapeur de l’eau portée à ébullition qui entraîne la cuisson. Il y a l’autocuiseur ou la cocotte minute ou encore les cuits vapeurs avec différents modules mais le plus souvent en plastique et difficiles à l’entretien. Cependant pour la cocotte minute et l’autocuiseur, la pression effectuée entraîne une chaleur à plus de 120 degrés, allant jusqu’à 200 degrés altérant encore la qualité nutritionnelle.

Je vous mets un extrait de l’ouvrage « Secrets de naturopathes » de Stéphane Tétart et Vanessa Lopez :

  • « De 35 à 50°C : les arômes sont libérés et modifiés et les huiles sont dénaturées, ce qui entraîne une perte de goût ;
  • De 40 à 75°C : les enzymes qui permettent de digérer les aliments sont détruites, sauf à la vapeur douce (95°C) ;
  • De 60 à 75°C : la vitamine C est détruite ;
  • De 90 à 95°C : une grande partie de la vitamine E et certaines vitamines B sont détruites ;
  • A 100°C : les minéraux et les oligo-éléments sont détruits ;
  • A 110°C : les vitamines A et D sont détruites. »

C’est donc naturellement que je me suis renseignée sur la vapeur douce afin de troquer ma vieille cocotte.

J’ai découvert alors :

« Le Vitaliseur de Marion »

(https://www.vitaliseurdemarion.fr/officiel/)

Il fera prochainement son entrée dans notre cuisine pour la diversification de ma dernière et pour le bien-être de toute la famille. Je vous en parlerai plus à ce moment là.

Pour le moment je vous invite vivement à vous renseigner : « Il permet de garder tout simplement les aliments vivants », la température n’excède pas les 95°C, le matériau dans lequel il est construit s’adapte à tout type de chaleur et il réduit le temps de cuisson.

Le voilà en image :GrandChef-60379547e47b9988c50da11df861983bc2e2dd2bc982fa6029b2d85db2260ae7

Et vous comment faites vous cuire vos aliments?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s